Thursday, February 01, 2007

Parle à mes cheveux, mon coeur est malade

Pfff, ça datait de plusieurs jours. Ca m'avait pris là, sur le sternum, une sorte de fatigue, de stress, un blocage quoi.
Oh, il y avait bien plusieurs explications:
- certainement un syndrôme prémenstruel un peu précoce et particulièrement présent
- un homme râleur et pas du tout de bonne humeur
- la fatigue des nuits un peu pourries pour PetitSim qui s'enrhumait
- la fatigue après 1 mois de retour à un rythme de travail normal
- la saison, le froid que j'aime mais qui m'aime de moins en moins
- les enfants un peu trop bruyants, un peu trop présents
- une vague tristesse pour des problèmes relationnels


Et pourtant il a fait un grand soleil sur notre paysage enneigé, donc non, je n'avais même pas l'excuse du manque d'UV pour expliquer ce mal-être, ce nuage noir qui s'obstinait à surmonter ma tête.

J'avais le blues, tout simplement.


Mais hier j'avais un rendez-vous qui m'a fait un bien fou.
Oh je vous rassure, je ne trompe pas GrandNi, n'imaginez pas d'aussi affreuses choses.
Non, j'avais simplement rendez-vous chez le coiffeur!!! (ben oui, qui d'autre peut faire autant de bien à notre tête, hein?)


Bon a priori, je n'aime pas les coiffeurs.
Je n'ai jamais trouvé la perle rare, je n'aime pas passer 2h à me regarder dans un miroir. Déjà, la robe qu'ils nous font passer, ben ça ne m'avantage pas, ça fait un peu... éléphant (et c'est peu dire). Les lumières sont souvent froides et sans merci pour mon teint de trentenaire avancée.

Mais là, je ne pouvais plus me regarder le matin sans une mine affligée, le cheveu mou, des racines plus que voyantes, la coupe complètement inadaptée à ma longueur, c'est simple, ça faisait 1 mois que j'obligeais mes cheveux à vivre coincés dans une grande barrette. Et ils se rebellaient de plus belle... incoiffables.

La perspective d'aller rendre visite à ma dernière coiffeuse attitrée, à écouter son accent helvétique durant 2h (en plus des inepsies qui composent l'essentiel de ses paroles), non là je ne pouvais pas.
Alors quoi? souffrir chez le JLD du coin, là où je me rends souvent en désespoir de cause, parce que c'est anonyme? quelle horreur. Non, ceux-là ne m'auront pas cette fois.
Choisir un coiffeur au hasard? trop risqué, définitivement.

Et là j'ai décidé de casser le petit cochon qui me sert de tirelire et d'aller confier mon crâne à Mr. Dessange.



C'était donc mercredi matin, pendant que les enfants étaient à la garderie. J'ai bien cru que PetitSim allait se mettre en travers de ma route puisqu'il était tout enrhumé avec un début de conjonctivite, mais le matin il semblait en assez bonne forme et la garderie ne l'a pas refusé.

Je suis arrivée en retard, mais immédiatement l'ambiance du salon m'a détendue. Envolée la boule de stress là dans ma poitrine. Le salon est grand, calme, aéré, il y a une grande arrivée de lumière naturelle dans le plafond. Ils ne sont que 3 coiffeurs, Il n'y a pas de musique "boum-boum".
Chez Dessange, on vous câline, on vous soigne, on vous regarde avant de tout couper, on vous propose, on vous explique.
Chez Dessange, c'est votre coiffeur qui vous fait le balayage, qui vous masse au lavage, qui vous fait une jolie coupe et qui vous sèche en vous expliquant comment reproduire quelque chose de potable à la maison.

Et le must, c'est que chez Dessange, ça ne coûte même pas si cher que cela!!! à peine 20 ou 30 euros de plus que chez JLD, je m'attendais à bien pire... Et en prime, tout cela a été réalisé en un temps record.

Même que le coiffeur était super sympa, rugbyman (pour Shalima ;)), on a parlé d'ostéopathie, d'enfants et même de cheveux!!! ;).


Bon OK, chez Dessange, ils font du blond Dessange, des coupes Dessange. Mais quand on est une nana blondasse qui s'est traînée une vague coup au carré depuis ces 20 dernières années, ben il faut se rendre à l'évidence, on a une tête à se faire coiffer par Dessange.


Et me voilà ravie. J'ai les cheveux plutôt courts, plutôt blonds. Je peux à nouveau me regarder dans mon miroir (miroir oh mon miroir...).
Et je respire!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

7 comments:

Le Gabian said...

Aaaaaaah quel bien ça doit faire ! Je suis persuadée que les cheveux sont des réservoirs à ondes négatives. Quand ça va pas ou quand je doit "porter" des choses trop lourdes, je n'ai qu'une envie, couper. Et de façon assez radicale en général. D'ailleurs, ça me démange furieusement en ce moment ! J'ai trouvé une petite photo de Jeanne Chehral au Paléo avec une petite coupe toute courte tout ce qu'il y a de mimi... Maintenant, évidemment, je n'ai pas le frais minois de Melle Chehral (sa voix non plus, d'ailleurs, hum).

Maria said...

j'aime beaucoup le titre de ton post, c'est génial quand ont trouve enfin le bon coiffeur franchisé ou pas et qu'on s'aime quand ont sort de là.

MadameNi said...

Ah pas mal cette expression "les cheveux sont des réservoirs à ondes négatives", hier c'était le cas c'est sûr.
J'ai vu la petite coupe de Melle Cherhal, effectivement c'est très court, très joli, sur elle en tout cas... Bon, perso, je ne vise pas si court... c'est ultra-court quand ça ne touche pas mes épaules ;).

Maria, ça ne m'est pas arrivé souvent de sortir de chez le coiffeur et de m'aimer. Mais j'adore la sensation de légèreté. Mais le rugbyman je retournerai le voir, c'est sûr!

Shalima said...

Un bon coiffeur, et rugbyman en plus ??? c'est l'homme PARFAIT, dis donc !!! ;-)
J'ai hâte de voir ta nouvelle coupe !

Amandine said...

Super MadameNi, tu as bien eu raison! J'aimerais bien voir une photo...

La montagnarde said...

Et la photo, elle est où? ;)

C'est quel Dessange au fait?

MadameNi said...

Bon, pour la photo vous voulez quoi? avant lavage, après lavage, gras le matin au réveil, avec brushing, totale liberté???
Nan, même pas en rêve ;). Et encore moins avec la tête de malade que j'avais ce week end.

Shalima, j'ai pensé à toi quand il m'a dit qu'il faisait du rugby! Et j'avoue que ça me change des coiffeurs efféminés de JLD!

La Montagnarde, j'ai l'immense chance d'avoir un Dessange dans ma petite ville! c'est le luxe.