Thursday, January 15, 2009

Coup de flippe, coup de fatigue...

Aujourd'hui j'ai découvert que je souffrais d'un truc...
Je suis atteinte du "syndrome de la MFN"... syndrome de la Mère de Famille Nombreuse.
Merci Shalima d'avoir mis un nom sur cette gravissime maladie!!!

Bon, je n'ai pas attendu d'avoir trois enfants pour devoir improviser un pique-nique pour cause de sortie scolaire "inopinée" ;).
Et finalement, en y repensant, j'étais déjà atteinte de MFN depuis bien longtemps... la naissance du troisième PetitNi n'a fait qu'aggraver les choses.

Mais franchement, je préfèrerais zapper les pique-nique plutôt que de ... perdre mes enfants.
Parce que voilà ce qui se passe chez moi:


Je vous pose le décor:
Premier poste: l'école de Tintin.
Second poste: la garderie de PetitSim, qui partage le préau de l'école maternelle (ancienne école de Tintin).
Entre les deux, 200 mètres, deux chemins possibles. Le premier côté route, que je privilégie quand je pousse ma poussette. Le second, côté parc, plus court, mais avec des escaliers.
Chaque préau a deux accès (côté parc, côté route, vous suivez???).

Le lundi et le jeudi, PetitSim fréquente la garderie. A 13h30, je dépose Tintin puis j'emmène PetitSim à la garderie. A 16h00, je récupère PetitSim avant de filer attraper Tintin à la sortie de son école.
Le mardi à 16h00, la petite garderie se transforme en bibliothèque de quartier, nous la visitons en général toutes les deux semaines.

Donc voilà, j'ai de nombreuses occasions de parcourir ces fameux 200 mètres, à pied, en voiture, en poussette, écharpée, munie d'un, deux ou trois enfants, ... Parfois, nous sommes deux mamans à faire le chemin. Parfois nous échangeons quelques nouvelles dans le préau.

La première fois, les deux loulous ont disparu à la sortie de la bibliothèque (poste numéro 2). Le temps de dire au revoir à ma copine V, pouf, envolés.
Ils avaient couru jusqu'au préau de l'école de Tintin (poste numéro 1).
Je n'ai pas gueulé, juste expliqué ma peur aux enfants, juste répété les consignes. Ils étaient deux, ils se sont entraînés...
Il ne faut pas faire confiance aux enfants, ce sont juste des enfants.

La seconde fois, j'avais d'abord récupéré Tintin avant de descendre à la garderie.
Arrivés à destination, le petit préau grouillant d'enfants et de mamans, j'ai perdu Tintin de vue. J'ai bêtement imaginé qu'il jouait dans les installations du préau pendant que j'entrais dans la garderie récupérer PetitSim.
J'avais mal imaginé... Tintin m'avait perdue et n'avait plus pensé à PetitSim et la garderie. Il courait sur le chemin entre les deux écoles, paniqué. Un maman me l'a ramené, en larmes.
Avec les enfants, il ne faut rien imaginer, il faut être sûre... et vérifier.


Et la troisième fois, aujourd'hui, ce fut au tour de PetitSim. Au sortir de sa garderie, profitant d'un moment d'inattention de ma part (une maman à saluer, encore!), il est sorti de mon champ de vision. Etait-il parti en éclaireur du côté route? s'était-il caché dans un recoin du préau? était-il retourné à la garderie? était-il parti dans le parc par les escaliers.
J'ai fait un 400m au sprint, j'ai fait le tour du circuit, côté route à l'aller, côté parc au retour. Je ne pouvais pas le louper.
J'ai récupéré Tintin au passage. J'avais laissé ma poussette aux bons soins de la fameuse maman que j'avais saluée.
Quand j'ai à nouveau déboulé dans le préau, par les escaliers, je commençais à céder à la panique... Je n'avais pas retrouvé PetitSim.
Et c'est là que je l'ai vu, en larmes, me cherchant désespérément. La maman-que-j'avais-saluée l'avait intercepté.
Mon loupiot, pris d'une subite lubie, était simplement parti dans le parc chercher UN BÂTON, puis, sa course effectuée, était gentiment revenu dans le préau pendant que je courais partout.
Avec les enfants, il faut savoir fixer des priorités... et la priorité, c'est eux...


Autant vous dire qu'avec la dose d'adrénaline que je me suis envoyée, quand tout cela est retombé à la maison, je me suis effondrée comme si j'avais couru un marathon.
Avec les enfants, il faut avoir la santé!


J'ai un peu peur de la prochaine fois... ça sera le tour de bébé ^_^.


.

6 comments:

cultive ton jardin said...

Perdu mon fils une fois dans un supermarché: on l'a finalement retrouvé devant la porte, à l'extérieur (ah, ces portes qui s'ouvrent toutes seules!).

Il sanglotait, il croyait ...qu'on était partis sans lui!

Shalima said...

Ah mais c'est horrible, quelle trouille ! (là je me dis que vivre dans un micro village en rase campagne, c'est bien, je ne risque pas de les perdre de l'oeil !!)
Bon, fais gaffe à Bébé, s'il a autant la fibre d'escampette que ses aînés ;-)

lutecewoman said...

au moins les teins ne veulent pas vraiment fuguer...
je t'embrasse, c'est chaud la vie de maman.

La montagnarde said...

Quelle frayeur! Y'a-t-il quelque chose de pire que ça? Une fois j'ai perdu Petit Bonhomme (il s'était juste planqué), je n'oublierais jamais!

Pfiou.

MadameNi said...

@Cultive ton jardin, c'est aussi le grand trip de mes garçons... ils pensent que je les ai laissés sur place et que je me suis barrée!

@Shalima: tu parles, un micro-village a ses avantages! Mon cauchemard serait qu'ils décident de rentrer à la maison à pied (en même temps, vu leur endurance... ^_^)

@Lutecewoman: mes enfants ne sont pas très téméraire... seulement tête en l'air.

@La Montagnarde: j'ai 2 terreurs pour mes enfants: qu'ils s'égarent ou qu'ils aient un accident... Le pire quoi...
J'avais perdu Tintin quand il avait moins de 3 ans, un ascenseur était parti avec lui... mais sans moi. Ca l'avait tellement marqué que j'ai été tranquille pendant bien 2 ans.

Amandine said...

Bon, alors une seule solution : encore un petit coup d'ascenseur esseulés pour tes loulous ;)