Thursday, November 08, 2007

Les amis qui divorcent

Avez-vous déjà remarqué comme ça fait du bien au couple de côtoyer d'autres couples qui vont bien? Moi je ne suis jamais autant amoureuse que si je passe une soirée avec des personnes VISIBLEMENT amoureuses (bon, pas des exhibitionnistes non plus, hein). Les petits couples tout neufs me font en général un bien fou.


Et bien, à l'inverse, fréquenter des couples en perdition ne me réussit pas du tout!!!
Et même, pas de besoin d'en connaître 50, là je vous parle d'un couple... un seul, mais proche.


Madame est mon ancienne meilleure amie. (J'adore cette façon de présenter les choses, c'est mon voisin qui utilise cette tournure pour me présenter les 3 ou 4 femmes qui gravitent autour de lui, plus ou moins proches, mais toujours présentes.)
Bref, Madame a été ma grande amie pendant des années. Puis il y a eu un gros clash, et nous ne nous en sommes jamais vraiment remises, mais avec l'arrivée des enfants, nous nous sommes à nouveau bien rapprochées.
Monsieur n'est pas notre meilleur ami, mais nous avons fait nos études ensemble, nous nous connaissons depuis 15 ans et surtout, c'est le mari de l'amie.
Donc, des amis proches. Même parcours, mêmes études, des enfants d'âge similaire.

Mais peut-on, doit-on tout dire à ses amis? Aurions-nous dû nous inquiéter de leur manque d'harmonie? Aurions-nous pu leur ouvrir les yeux? Etait-ce notre rôle de leur dire notre ressenti?
Certainement, oui, j'en suis persuadée... Mais notre passé (le fameux clash de l'époque) m'a retenue, j'ai préféré rester au niveau de communication qui était le nôtre depuis nos maternités respectives: les enfants, les enfants, les enfants...

Et voilà que Madame m'apprend que la séparation a eu lieu. Le spectre du divorce plâne, plus inquiétant encore que les Nazgûls du Seigneur des Anneaux. Et évidemment, tout est difficile, plein de ressentiments et d'intolérance (passage obligé???).

Je suis bien désolée pour eux. Leur petite fille de presque 3 ans va souffrir plus qu'eux au final. Je m'en veux d'être impuissante (il est trop tard me dit-on).
GrandNi et moi essayons de ne pas prendre parti, même si nous avons bien notre petite opinion sur le sujet.

Et depuis quelques jours, j'ai compris toute l'influence néfaste que peut avoir cette histoire sur notre propre couple.
Parce que les hommes sont des hommes, surtout vus par les femmes ;), parce que les reproches et les manquements pourraient être pareillement reprochés ici, parce que je prends conscience des extrémités que nous pourrions atteindre à notre tour par les faiblesses de notre couple (qui sont sensiblement les mêmes que chez nos amis).


Oh je vous rassure, nous sommes loin du divorce, mais avant cette prise de conscience, et dans un passé tout récent, chaque faille de GrandNi, chaque frustration, chaque grimace me faisait plonger dans un abîme de désespoir: "Ceci a eu raison de leur couple à eux... Pourquoi l'accepter chez moi? Comment continuer ainsi?"
Comme si nous devions vivre le même destin, prendre le même chemin...
Pour ma défense, je dois dire que GrandNi est en ce moment un grave spéciment d'"ours d'automne", râleur, fatigué, déprimé..., doublé du "goujat de grossesse" qu'il est à chaque fois (bon en même temps, je suis toujours enceinte en hiver, ça ne doit pas aider).

L'image de ce couple en détresse me revenait à l'esprit à chaque occasion, à chaque micro-tension et me rendait furieuse contre mon homme-ours, et désespérée.

Heureusement, tout bien pensé, nous n'avons pas les mêmes défauts de communication que nos amis et quelques franches discussions monologues, plus un peu de réflexion m'ont permis de retrouver mon souffle, il était temps.


Alors je vous le dis. Fréquenter un couple en détresse, c'est difficile. Ca peut même être franchement mauvais pour votre propre équilibre, surtout si justement tout n'est pas rose bonbon dans votre petit ciel.

8 comments:

Elodie said...

Je suis sûre que ça va aller! Ne te fais pas de soucis! Ne te laisse pas (conta)miner le moral!

Shalima said...

C'est vrai que c'est difficile, nous en avons fait la triste expérience en avril dernier... mais finalement, c'est l'occasion d'entamer un dialogue qui n'aurait peut-être pas eu lieu sans ça, de faire le point et de prendre pas mal de recul. En tout cas, nous ça nous a plutôt fait du bien ! (en dehors de la tristesse ressentie pour nos amis)

(le GrandNi des montagnes est de retour ? argh)

MadameNi said...

Merci de ton soutien Elodie.
Oui, ça va aller. Je suis d'un naturel optimiste, et surtout, malgré tous ses défaut, j'aime profondément mon homme. D'ailleurs, j'écris après la mauvaise période. Là ça va tout bien.

Argl Shalima, désolée que vous ayiez vécu cela aussi (je ne me souviens pas que tu en aies parlé, c'est le SNU???).
Le dialogue sur le sujet est un peu difficile ici, parce que il faut bien avouer que dans un sens, les "boulets" de ce couple nous semblent tellement gros... Il n'y a presque que moi pour y voir des points communs avec nous ;).
En fait, j'ai surtout fait ma réflexion dans ma tête, et j'ai beaucoup parlé de mon ressenti actuel, mais sans faire référence à nos amis. Je le ferai un peu plus tard.

Et oui, malheureusement, le GrandNi des montagnes a fait un retour fracassant (vendredi dernier, moins de 24h après l'amnio, j'ai levé, habillé, nourri les enfants avant de les emmener à l'école et à la garderie parce que monsieur n'a pas réussi à se lever... il n'y avait plus pensé... j'adore! ;)). Bon OK, j'aurais dû le secouer... mais j'aime bien voir parfois jusqu'où il ira.
Et comme de bien entendu, ça coïncide avec une mauvaise période à son job.
Zeeeeeen!!!!!!! ^_^

Le Gabian said...

J'ai souvent l'impression qu'un couple qui se sépare à plus de conséquences sur l'entourage que sur le couple lui-même. On en a peur simplement parce que ça nous met face à notre propre vécu de couple et la remise en question n'est jamais chose aisée. Mais c'est peut-être justement salutaire.
J'ai encore vécu ça l'année dernière, mais cette fois, ce qui m'a pesé le plus, c'était le désarroi et la douleur de ces amis.

Allez, accroche-toi MadameNi. Si GrandNi ressemble à certains ours des montagnes helvètes de ma connaissance, je te souhaite une rapide arrivée du printemps !!!

Maria said...

C'est toujours très triste d'entendre des histoires pareils..ont se donne bien compté que l'amour n'est pas adquis, donc ont remet tout en cause;;je pense aussi que ta remise en question est salutaire et bien normal.
Une de mes meuilleures amies en Espagne à vecu une rupture aussi..il y avait pad d'enfant entre eux..donc peut-être était plus facil...après c'est " fascinant et perturbant" de vois les differents grouppes d'amis prendre position sur un ou sur l'autre,sur le fautif..sur la victime...quand normalment c'est tout les deux ,les deux choses.Ma copine à mis presque deux ans à se remetre et pourtant c'est elle qu'était partie.

Amandine said...

C'est crai que l'effet miroir permet de se remettre en question, et finalement ce n'est pas plus mal avant l'arrivée de n°3 de reéquilibrer un peu les balances... Non? Allez GrandNi des montagnes, même si l'expression "goujat de grossesse" m'a bien fait rire, faut faire un petit effort!!! (phrase préférée de mon homme en temps de gros ventre : "Mais t'es pas malade, t'es enceinte!" ;)

MadameNi said...

Le Gabian, c'est tout à fait ça... tu résumes une quelques lignes ce que j'ai bien eu du mal à exprimer ;).

Argl Maria, je constate que nous avons toutes été confronté à tout cela. Chez mes amis, c'est lui qui est parti... il n'en pouvait plus mais il n'en souffre pas moins, c'est évident.

Oui Amandine, je me souviens avoir déjà dû rééquilibrer les choses avant bb2... un ajustement par bébé, quoi ;).
Mon homme est tout fier de me dire: "Tu n'es pas chiante quand tu es enceinte!!!" (au moins il le reconnaît, merci!)

Shalima said...

Héhé, moi MrChéri me disait : "mais non t'es pas chiante, t'es enceinte !" ;-D

(mon séjour dans le Morvan cet été était fortement lié à la rupture de nos amis. Tu vois un peu mon degré d'abnégation ???? ;-D)