Tuesday, March 31, 2009

Revival

J'ai passé un hiver pourri.
Un hiver de m..., un vrai.

Je vous explique?

Nuits de folie
Tétées de folie
Homme inexistant
Homme paralysant
Bébé buté
Trio de loulous malades 2 semaines sur 3


Heureusement que j'aime la neige, parce que cet hiver, avec ce qui est tombé, ça aurait pu m'achever.


Voilà, j'ai passé presque 3 mois à dormir 5h hâchées par nuit (oui je sais, il y a pire). Bébé a sorti ses petites quenottes, dans la douleur, mais finalement il y est arrivé.

Il est longtemps resté indifférent à tous les petits plats que j'ai amoureusement préparé pour lui. Son grand frère lui a filé une gastro moche, mais grâce à l'allaitement, il s'en est bien tiré.
Après cette fameuse gastro, il a peu mangé, très peu... pendant une semaine. L'allaitement, vous savez, c'est la loi de l'offre et la demande. Quand bébé demande beaucoup, on produit beaucoup. Quand il demande peu, on produit peu.
Donc, au bout d'une semaine de toutes petites tétées, ma lactation s'était ralentie au maximum.

Et là, paf, du jour au lendemain, retour de manivelle suite à la fameuse gastro: il faut se remplumer et bébé se retrouve avec un appétit d'enfer. Un vrai gouffre, le loulou.
Je me suis donc retrouvée avec un bébé de 10 mois vivant l'équivalent de la pire crise de croissance que l'histoire de l'allaitement ait connu. Nuit et jour, jour et nuit, bébé piaillant, chouinant...
Et il a fallu pas moins d'une semaine pour que tout se régularise à nouveau. Oufffff!!!!!!!!!!!


Et c'est là que bébé a décidé de goûter... à ce truc, là, dans mon assiette.
C'était du poireau cuit dans un peu de bouillon, comme Tintin l'aime.
Il a vidé le plat. Il a eu le déclic.
A 10 mois et 13 jours, bébé s'est mis à manger sérieusement des aliments solides. Oh, pas de purée, horreur, hérésie. Non, bébé veut manger comme un grand, la même chose que les grands.
C'est d'un simple...
Finis les repas raviolis et la pizza. Il faut prévoir légume bébé-compatible et petit féculent adapté, à chaque repas (parce que bébé n'aime pas quand son assiette ne ressemble pas à la mienne).
Mais tout de même quelle progression!
Bébé s'est jeté dans l'alimentation solide avec tellement d'enthousiasme qu'au début, il en oubliait de téter.
Et si vous suivez bien, je sortais juste d'une grosse crise de croissance... mes seins étaient en mode "production maximale"... Imaginez-vous l'état de ma poitrine au matin, après 12h d'attente...

Mais je ne vais pas me plaindre. Le noeud s'est dénoué.
Tout à coup, les nuits sont meilleures, tout semble plus facile au quotidien.
J'ai comme l'impression de respirer.
Et comme ça concorde avec le printemps, ça file la patate.

Dans le même temps, GrandNi qui a passé un hiver à végéter, à hiberner, s'est réveillé. J'ai retrouvé un conjoint, un homme, un soutien.
Je respire deux fois mieux.

C'est une renaissance.
J'adore le printemps!!!


.

6 comments:

Shalima said...

Waow, ça fait du bien quand on voit le bout du tunnel, hein ;-)

Stéphanie said...

:-) bon retour Mme Ni.
Tu as toute ma sympathie à retardement, il me souvient d'un certain hiver, le premier hiver de crèche des Remuons, anticorps oblige... bref, oublions !
Je te souhaite un très joyeux printemps

Le Gabian said...

ah zut ! Stéphanie, c'est le Gabian, en fait.

Voilà, tout le monde va le savoir, maintenant, je suis foutue... ;-)

MadameNi said...

Coucou et merci pour vos messages!

Le Gabian, il n'est pas trop tard pour rester anonyme, tu peux effacer ton commentaire si ça te pose un problème.
Mais tu as raison, c'est une saison à oublier très vite!

Shalima, c'était effectivement aussi noir qu'un tunnel!

Amandine said...

Compassion rétrospective pour toi... Et j'espère te lire plus souvent, ici et ailleurs!

MadameNi said...

Merci Amandine! J'ai comme référence ta propre période silencieuse après la naissance de ta dernière miss ;)... Je crois que 12 mois est assez réaliste comme délai.
(bon y'a des exceptions qui jonglent avec tout cela sans se laisser démonter... il faut croire que je n'en suis pas ^_^.)